BONS PLANS VACANCES

Le soleil tape si fort en ce moment, ça donne envie de se baigner ! Notre fille ne nous a pas attendus. Depuis ce week-end elle a reçu pas moins de 4 invitations pour le mois de juin chez différentes copines et le détail important : elles ont toutes une piscine ! Nous, on se contentera de la piscine municipale ou alors dès la fin du mois, du bord de mer, sur la côte Atlantique… Oui, on part dès fin juin cette année ; c’est le bon plan : les locations sont souvent moins chères à cette époque.

http://www.vacances-campings.fr/

Et j’ai bien d’autres bons plans pour des vacances en France cet été, comme celui de partir fin août : les prix sont cassés ; vous pouvez même trouver des locations en France à moins de 200 euros la semaine !

Bon si vous préférez un séjour moins proche de la rentrée scolaire pour que vos enfants se remettent un peu dans le bain avant la reprise des cours il y a aussi une autre solution : le grand air, les randonnées, la nature, la montagne… Quoi ! Oui la montagne en été bien plus abordable qu’en hiver. Normal il n’y a pas de neige donc pas de ski, pas de sport de glisse. En revanche vous aurez toujours un paysage magnifique. La montagne est aussi agréable l’été comme l’hiver. En plus vous aurez la tranquillité car il y a moins de touristes en cette saison, le prix vaut le coup. Sur certains sites vous pourrez trouver des offres très alléchantes comme pour 1 semaine achetée la seconde offerte, ou encore des locations à moins de 150 euros la semaine.

http://www.montagne-vacances.com/

http://www.madamevacances.com/location-vacances-montagne.html

Voilà je vous ai donné quelques pistes pou partir en France, bon plan transport aussi la SNCF rembourse à 100% les cartes de réductions. Je précise vous payez votre carte à l’achat -15€ puis fin juillet vous recevrez un bon de 30€ et fin août pareil.

http://www.voyages-sncf.com/services-train/carte-abonnement-train

Autre bon plan les avions low cost, regardez la grille tarifaire d’easy jet par exemple pour savoir quand partir au meilleur prix.

http://www.easyjet.com/fr

Si vous ne savez pas encore où passer l’été, cliquez sur internet il y a plein de belles opportunités à vous de les saisir 😉

Un baptême « D.I.Y »

Il y a quelques semaines, durant un week-end de mai nous avons célébré le baptême de notre seconde fille. Nous avons fêté cela en petit comité ; étaient uniquement conviés la famille et les amis les plus proches, une petite trentaine de personnes en tout.

C’était un baptême « D.I.Y » Nous avons tout fait main décoration et cuisine comprises. Notre décoration était sur le thème de la grenouille. Je ne suis pas spécialement douée pour le loisir créatif mais j’avais envie de me lancer le défi, de faire une déco personnalisée avec mes petites mains surtout que c’est très tendance en ce moment. Quant au repas, il était aux saveurs de mon île rouge : Madagascar (ma mère m’a aidé ; bien sûr l’élève ne dépasse pas encore maître).

Nous avions loué une petite salle avec un grand parc et par chance il faisait beau. On était d’autant plus ravi que la veille il pleuvait.  Les plus contents étaient les enfants, ils ont passé plus de temps dehors qu’à l’intérieur. Ils jouaient tranquillement tous ensemble du petit de 2 ans au plus grand de 13 ans.

Mon bébé trop petit pour les suivre a fait comme d’habitude lorsqu’il y a beaucoup de monde : elle s’est accrochée à moi, mais j’ai quand même pu profiter de la fête et passé une belle journée.

Pour la décoration je n’ai pas utilisé beaucoup de matériel juste la base : papiers, ciseaux et colle…

20150510_081227

– J’ai recyclé les petits pots de bébé Blédina pour faire la boîte de « dragées » à offrir aux invités. Je mets des guillemets car nous avons pris des Smarties à la place des dragées pour les adultes et des bondons pour les enfants. J’ai enlevé le couvercle pour le remplacer par du tulle que j’ai fait tenir avec un ruban.

2015-06-03 16.08.00

– Je me suis servis du tulle et du chemin de table pour faire les fleurs de lotus (ma soeur a fait le pliage car je suis encore une amatrice)

– J’ai utilisé une perforeuse et du papier Canson pour faire des minis grenouilles que j’ai éparpillées le long du chemin de table.

– Enfin les vases sont des petits pots de bébé, entouré d’un morceau de chemin de table et un nœud de raphia.

20150515_195725

Bon ça reste simple mais ça m’a fait super plaisir de préparer tout ça.

Pour les fleurs et pliage de serviettes ma sœur m’a aidé, elle est plus douée que moi dans ce domaine. Les enfants lui ont prêté main forte pour aller plus vite.

Merci à eux, et tous ceux et celles surtout qui ont participé à la préparation de ce baptême.

Mon nutribaby de baby moov

J’ai lu récemment en gros titres sur le web, qu’il fallait 19 mois pour perdre ses kilos de grossesse, en moyenne 1 kilo par mois après l’accouchement. Là je me suis dit ouf j’ai encore du temps devant moi pour retrouver ma taille. Enfin je n’ai rien fait pour accélérer le processus, ni régime ni programme minceur et pire même pas de sport ! Bouh, oui j’ai honte. Bah il y a eu l’hiver, et puis et puis, il y a surtout eu la flemme.Après ma première grossesse j’ai perdu mes kilos en 7 mois. Pourtant  j’ai allaité  mes deux filles, et la dernière encore actuellement. Le mode de vie est bien différent, j’étais plus sportive à l’époque. Bon et bien je sais ce qui me reste à faire…

L’été arrive bientôt, les températures sont en hausse et le soleil est déjà là. Donc comme toutes les femmes je vais sortir mes jupes, mes robes, mes shorts surtout mes belles gambettes. Rondeurs ou pas je ne complexe pas, je compte bien profiter du beau temps sans me cacher derrière des vêtements amples, pantalons ou paréo.

Si le temps est idéal pour faire des grandes balades pédestres ou à vélo et du sport d’extérieur, il l’est aussi pour les salades, les smoothies et autres menus très légers. Chez nous mon mari et moi cuisinons tous les 2 chacun à ses spécialités bien sûr, mais sur la cuisson vapeur je prends l’avantage. En effet je cuisine autant du salé que du sucré et en plus je le fais pour toute la famille et encore plus depuis que j’ai mon Nutribaby de Babymoov.

Cuisiner vapeur pour bébé m’inspire. Comme nous souhaitons qu’elle goûte à tout, nous varions les légumes et les fruits. Du coup, on en achète en grande quantité et c’est toute la famille qui en profite. Évidemment la petite se contente de purées, compotes et légumes mixés ; pour nous en revanche on essaie de changer nos habitudes. Par exemple de la purée de patates douce, achard de mangue, rougail de concombre râpé et plein d’autres mets encore. Nous essayons de consommer des fruits et légumes de saison sinon on les prend aussi congelés.

Nous avons fait l’acquisition du Nutribaby le mois dernier et je dois dire que nous en sommes vraiment satisfaits ; c’est une petite merveille ! Le Nutribaby possède 5 fonctions : il décongèle, réchauffe les petits pots, il cuit, il mixe et il stérilise, en bref c’est devenu mon meilleur « ami ». Il est très pratique et facile à utiliser. Je l’adore !

Auparavant je n’étais pas trop fan de ces gadgets de cuisine Babycook et Cie, mais le Nutribaby a su me convaincre de changer d’avis. Il a vraiment été conçu pour faciliter la vie des parents. Les bacs sont petits, prévus pour les petites doses donc. La sonnerie est toute douce, ainsi elle ne réveille pas bébé si vous cuisinez quand il dort. Les cuissons sont inratables : aucun risque de brûler le repas, tout est indiqué dans le manuel : les doses d’eau nécessaire à mettre pour faire cuire tel ou tel aliment etc. Je ne peux plus m’en passer.

Je vous laisse avec ses quelques photos. Je posterai des recettes de temps en temps.

image1 image2 FullSizeRender

Quelle relation entretenez vous avec l’école de vos enfants ?

Chez nous , seule la plus grande de nos filles est scolarisée pour l’instant, la petite attendra l’âge de 3 ans pour aller à l’école. La grande a commencé à l’âge de 2 ans et étant donné qu’elle veut travailler dans le domaine médical, elle en a encore pour très longtemps. Elle aime l’école. Depuis qu’elle est toute petite elle y va en courant ou en tout cas très enthousiaste. Depuis l’année dernière c’est son père qui l’accompagne… enfin jusqu’à la distance tolérée ! Auparavant c’était moi.

Notre fille adore l’école et nous qu’en est-il pour nous parents de la qualité de notre relation avec l’institution scolaire ?

Nous avons fait le choix d’inscrire notre fille dans une école privée sous contrat ; en maternelle et primaire elle a été dans des écoles publiques et ça s’est très bien passé. Pour le collège c’est différent car parmi les collèges publics du secteur, l’un était encore mal réputé il y a 2 ans, le second l’est toujours.

L’établissement que fréquente notre fille est à 7 minutes à pieds de chez nous, nous connaissons pas mal de parents. Nous sommes satisfaits. D’abord il y a un bon enseignement des professeurs en général et plusieurs heures d’étude. Le collège propose également des heures d’étude encadrée, du soutien scolaire, des réunions de rentrée et parents/profs classiques. A côté de cela l’établissement dispose de la présence d’une psychologue un jour par semaine, elle reçoit sur rendez-vous aussi bien les élèves que les parents. Elle anime également un groupe de parole 1 fois tous les 2 mois avec un thème précis à chaque fois ; ce groupe est destiné aux parents, mon mari y participe. En plus de cela l’association des parents d’élèves de l’établissement (l’Apel, plus ou moins l’équivalent de la FCPE ou de la PEP dans le public) fait venir un intervenant extérieur de temps en temps pour des conférences comme celle sur la pédagogie positive à laquelle j’ai assisté en mars (voir post précédent). J’aime également ce nouvel outil numérique qui permet à l’école de tenir informer les parents de la scolarité de leur enfant : on y trouve les notes, les devoirs, l’annonce des évaluations et également un espace pour rédiger des messages aux enseignants ainsi qu’à l’administration et en recevoir en retour. L’école se veut proche des familles.

Je pense que c’est important d’être active au sein de l’établissement dans lequel sont scolarisés ses enfants ; ce peut être dans l’association des parents d’élèves par exemple. D’ailleurs j’ai choisi de m’investir comme parent délégué : je représente les parents de la classe, j’assiste au conseil de classe, j’en rédige les comptes rendus. Un tel engagement encourage l’enfant à apprécier d’avantage son école, car ne l’oublions pas il y passe presque autant de temps qu’à la maison.

Le rôle des parents :

Ils surveillent les devoirs bien évidemment, aident leurs enfants tant que le niveau le permet encore (rire), ils leur font réciter leur leçon, peu importe la manière, pour s’assurer qu’ils comprennent bien tout ce qu’ils apprennent et leur montrer qu’ils s’intéressent à eux et à ce qu’ils font de leurs journées. Il arrive qu’à cause de nos emplois du temps respectifs nous manquons parfois la surveillance des devoirs comme de nombreux parents malheureusement.

En cas de problème ou de doute dans l’apprentissage n’hésitez pas à en parler aux enseignants. Évidemment nous ne sommes pas obligés d’être toujours d’accord avec les méthodes des enseignants, toutefois nous pouvons être dans le dialogue avec eux, et le cas échéant s’adresser à la direction. Et éventuellement au médecin traitant qui peut orienter l’enfant vers un spécialiste : ophtalmo, orthophoniste, psy etc.

 Je pense que les parents peuvent s’impliquer dans l’école de différentes manières :

– En participant aux réunions et autres activités de l’école.

– En admettant que notre enfant n’est pas parfait. Il n’est pas 1er de la classe, tout le monde ne peut pas l’être de toute manière, sinon il n’y aurait pas de classement ! Trêve de plaisanteries, si notre enfant a des difficultés dans une matière, aidons-le en reconnaissant son problème. Nous pourrons ainsi envisager une solution adaptée.De même si notre petit protégé fait une bêtise, sachons mesurer les conséquences de manière à ce que ça ne se répète pas et surtout que ça ne s’aggrave pas. Je sais que ce n’est pas facile d’entendre certaines bêtises que peut faire sa progéniture mais souvent tel ou tel acte, comportement trouve son explication dans un problème plus profond ; voilà pourquoi il ne faut pas être dans le déni.

– En apprenant à notre enfant à vivre avec ses camarades, même ceux avec qui il ne s’entend pas.

– En restant à sa place de parent. Ainsi si notre enfant a un litige de petite ou grande importance avec un autre élève, en aucun cas nous ne devons régler le problème nous-même. S’adresser directement à l’autre élève est une situation délicate et revient à de l’intimidation.

– En sympathisant avec les autres parents car les amitiés sont fondamentales dans la scolarité de nos bambins. Bien sur on n’est pas obligé de s’entendre avec tout le monde (à part mon mari j’ai jamais su comment il faisait) mais on se doit d’être respectueux et entretenir des relations cordiales avec les autres parents. C’est triste à dire mais lorsqu’on voit des parents se disputer ou pire s’insulter devant l’école, ou en venir aux mains, inutile de dire que c’est mauvais pour les enfants !

L’école est très importante dans la vie de l’enfant mais il ne faut pas pour autant se reposer totalement sur elle pour éduquer nos bambins. Nous avons notre rôle à jouer déjà dans le savoir vivre avec les autres et aussi dans l’apprentissage du travail. On peut faire comprendre à nos bouts de chou que l’école c’est important et que même les matières « ennuyeuses » vont leur servir dans leur vie d’adulte indépendant. On peut aussi leur rappeler qu’à l’école ils font plein de rencontres dont ils peuvent profiter maintenant et en bénéficier pour longtemps.

Il faut s’intéresser à l’école de nos enfants même si on garde un mauvais souvenir de la sienne. Les époques changent, les mentalités évoluent donc soyons acteur de cette progression vers une école meilleure.

Je vous dirige vers le lien du gouvernement qui parle de ce sujet.

http://www.education.gouv.fr/cid50506/les-parents-a-l-ecole.html

A bientôt

A 2 c’est mieux

Voilà déjà plusieurs semaines que je n’ai pas écrit d’articles. Ce n’est pas facile d’être assidue ; je me laisse vite déborder j’ai toujours une bonne excuse : « j’ai pas le temps », « je suis fatiguée », « la flemme d’écrire après une longue journée de travail », « je dois m’occuper des enfants », « je ne sais pas quel sujet aborder », « à quoi ça sert personne ne lit mon blog » etc.
C’est justement ce dernier argument qui m’a poussé à ouvrir ce blog. Comme pour beaucoup de blogueur, écrire est un exutoire, une manière de me lâcher, libérer mes pensées, de les faire exister. Ce peut être aussi une façon de partager un point de vue, un coup de cœur ou un coup de gueule, d’échanger avec d’autres personnes que je ne connais pas forcément sur des sujets divers, bref de communiquer. Parfois on s’étonne du regard qu’on peut avoir sur soi-même, parce que le blog c’est une petite partie de soi, on se dévoile un peu.
J’ai créé ce blog « Mon Nid d’Amour » car j’avais envie de dire à quel point ma famille me rend heureuse. J’aime être épouse et mère même si ce n’est pas toujours facile.
J’ai regardé Super Nanny mardi soir. Le sujet : un couple séparé qui avait des méthodes éducatives opposées : l’un était laxiste et l’autre psychorigide. Avec mon mari nous sommes sur la même longueur d’ondes, nos valeurs et principaux axes d’éducation sont identiques. Néanmoins nous sommes 2 personnalités différentes et donc nos réactions ne sont pas toujours similaires. En général il y en a au moins un de nous 2 qui a raison ; du coup l’autre se plie, on est assez humble ainsi on reconnaît facilement nos tords… enfin moi plus que lui ! Je ne vais pas entrer dans le débat homme/femme mais peut être que c’est probablement parce que c’est un homme que son égo se froisse plus que le mien (sourire) !
En tant que parents, mon mari et moi formons une équipe, nous restons soudés quoi qu’il arrive, enfin dans les grandes lignes. Il est important de s’entendre sur l’éducation des enfants pour avancer ensemble, dans la même direction, pour être crédible et cohérent devant les enfants. C’est souvent à l’image du couple que les enfants envisagent leur vie et ainsi selon le cas, reproduire le schéma familial, soit au contraire faire l’opposé et parfois même agir en contradiction avec leur propre rêve car ils ne se reconnaissent pas dans leur propre famille. C’est pour cela qu’il est primordial de s’entendre avec son partenaire sur la façon dont on élève nos progénitures : ça va du choix de faire dormir bébé seul dans sa chambre, au choix des punitions adaptées aux bêtises des enfants, en passant par l’apprentissage de leur autonomie par exemple.
Il arrive qu’à certaines périodes un enfant préfèrera un parent plus que l’autre, c’est très fréquent et surtout temporaire, passager. Donc même si c’est déplaisant il faut s’armer de patience, garder son calme et continuer d’aller vers l’enfant. L’amour qu’on lui donne il le portera toute sa vie, donc soyons convaincus et convaincant ; l’affectif est essentiel dans l’épanouissement de l’enfant.
Mon mari et moi ne nous considérons pas comme des parents parfaits mais nous nous appliquons et quand l’un s’énerve ou déraille l’autre le rattrape vite. Parce qu’en se mariant on a prononcé LE vœux de ne faire qu’un et comme le dit un célèbre proverbe malgache « Ny roa no tsara ny iray ; raha lavo, misy mpanarina » Ce qui signifie que deux valent mieux qu’un ; car si l’un tombe l’autre le relève.
Donc pour résumer le couple est le premier repère de l’enfant. Plus il sera solide, plus il sera sécurisant et efficace, permettant ainsi à l’enfant de développer sa confiance en lui-même et envers les autres. Il permet de gagner en crédibilité le « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » n’est pas une garantie de réussite dans l’éducation loin de là. Je dis cela le sens où certains parents exigent beaucoup de leur enfant alors que eux même ne montrent pas l’exemple. Je prends le cas des parents qui font que de crier, se disputer et s’étonnent que les enfants sont irascibles.
Grandir dans un foyer ou règne la paix c’est nettement plus agréable que d’entendre ses parents se disputer sans cesse (prenez note chers voisins du dessus !)

Conférence sur la pédagogie positive

Hier soir mardi 17 mars à 20h je suis allée, accompagnée de mon mari, à une conférence dans l’établissement scolaire de notre fille aînée sur le thème de « la pédagogie positive ». Celle-ci était animée par Marie-Gabrielle BERGER une intervenante de la « Fabrique à Bonheurs ».

C’était très intéressant ! J’ai appris beaucoup pour aider nos enfants à mieux apprendre. On sait tous que nous n’avons pas la même manière d’intégrer les choses et nous ne le faisons pas non plus à la même vitesse, car nous sommes tous différents ; aussi laissons chacun aller à son rythme ! Oui mais à l’école le programme est identique pour tous et doit être terminé dans un délai fixé. On peut remarquer qu’il y a de plus en plus de professeurs qui tentent de nouvelles méthodes d’enseignement, disposent l’environnement de leur classe de manière moins conventionnelle (tous tourner vers le tableau).

Quant à nous parents, nous prenons le relais le soir avec les devoirs. Si vos enfants vont à l’étude, n’oubliez pas de jeter un oeil, non pas pour vérifier mais plutôt pour l’inciter à prendre conscience que ce qu’il fait à l’école vous intéresse. Ainsi fier de ses nouvelles connaissances, il sera plus enclin à en acquérir des nouvelles. Lorsqu’il rencontre une difficulté focalisez vous sur les points positifs, le chemin qu’il a déjà parcouru de manière à ce que ses échecs n’entravent pas sa progression.

Avant tout il faut bien différencier les termes « comprendre » et « apprendre » : Comprendre c’est prendre la connaissance avec soi et apprendre c’est l’avoir en soi, savoir la mobiliser. Lire une leçon ne suffit pas, il faut l’intégrer et une fois que c’est fait on peut passer à une autre, les enfants ont tendance à réviser ce qu’ils savent déjà, évidemment c’est facile !

Apprendre avec l’approche Tête-Corps-Coeur c’est à dire :

– Avec la tête : les actes mentaux de connaissances, l’attention, la mémorisation, l’imagination et la compréhension

– Avec le corps : manger mieux et bouger plus, s’hydrater (boire de l’eau pour oxygéner le cerveau), s’aérer…

– Avec le coeur : par toutes les émotions qui se déclenchent

Pour en savoir davantage sur la pédagogie positive des livres à se procurer absolument si ce n’est pas déjà fait :

La-pédagogie-positive  calme-grenouille   =

Happy Valentine’s day

Quand Blake Lively a annoncé qu’elle était enceinte elle m’a fait rêver. Elle était si belle et rayonnante. En voyant ses photos dans la presse je me disais souvent que si son but était de relancer le baby boom je pense qu’elle va y parvenir.

Comme elle, j’aime être enceinte, porter la vie malgré les nausées, les reflux gastriques, l’excès de salive qui me fait cracher comme un chameau et tous les autres désagréments qu’une grossesse peut engendrer. J’aime sentir les petits coups de pieds de bébé dans mon ventre, ce ventre qui grossit et s’arrondit de mois en mois.

J’aime donner la vie, entendre les cris et les rires des enfants dans ma maison. J’aime les câlins en abondance et l’amour multiplié. J’aime être maman, cajoler, protéger, rassurer, consoler, faire plaisir à ces petites bouilles à bisous. Oui, je craque devant leurs frimousses innocentes, je les couve peut-être trop parfois, je cède à leur caprice souvent, je les défends parfois même lorsqu’ils ont tort. Je leur apporte mon soutien parce que je veux qu’ils sachent que je suis et je serai toujours là dans les bons comme dans les mauvais moments. Je ne veux pas être trop stricte ni laxiste, je ne veux pas être une mère autoritaire mais avoir de l’autorité afin que mes enfants m’aiment et me respectent.

Parfois je suis fatiguée, parfois je suis énervée, mais je m’efforce de donner le meilleur de moi même. Je puise l’énergie dans mes réserves insoupçonnées, j’invente, j’imagine, je crée pour les épater et les inciter à croire en eux, pour qu’ils connaissent leurs limites.

Être parent c’est merveilleux mais c’est une lourde responsabilité. Les enfants sont chers et précieux. On a un devoir envers eux, celui de les élever et de les rendre heureux. Et ça a un prix tout cela, car il faut les nourrir, les habiller, les soigner, les divertir, les protéger, les éduquer. Du matériel de puériculture à leur première voiture, en passant par leurs études on a de sacrées dépenses à faire. Mais ça vaut le coût… le bonheur d’être parent. Toutes les inquiétudes, les peurs, les frayeurs parfois, les disputes, toutes les fois où on a l’impression de parler à un mur, de ne pas être écouté ni respecté dans notre fonction ! Et bien, on se trompe et ça fait partie du jeu. Car l’amour est bien réel et nos enfants ne sont pas des robots, même si Baymax (du dernier Disney est trop chou) nos enfants sont comme ils sont : avec leur personnalité, leur pudeur et ils nous répondent avec ce qu’ils ont.

J’ai la chance de partager cette belle aventure, de la parentalité, avec mon époux. Un homme que j’aime bien plus que moi même, un homme que j’admire, qui me comble, qui m’épanouit. Un homme tendre, affectueux et plein de surprise. Un bon père, celui que j’ai choisi, pour mes enfants et pour m’accompagner le reste de ma vie.

Les mots ne seront jamais assez forts pour t’étaler tous mes sentiments en un jour, car il faut bien toute une vie pour te donner autant que je reçois de ta part, mon amour. Merci d’être là, comme tu es et de m’aimer comme je suis.

Joyeuse saint Valentin !