Comment parler des attentats aux enfants

Depuis ce vendredi 13 novembre, je suis de en plus présente sur Twitter. Je ne twitte pas à chaque connexion, mais je lis, je me tiens au courant de l’avancée de l’enquête sur les attentats de Paris. Les premiers jours qui ont suivi les attaques j’étais scotchée devant BFM TV, puis très vite ça ne me suffisait plus. J’attendais qu’on retrouve tous les coupables, tous ces lâches qui ont semé la terreur à Paris et dans toute la France. J’avais besoin d’être rassurée, d’entendre que « c’est fini ». Mais rien ! De nouveaux suspects apparaissent presque tous les deux jours, mais ils sont combien ? Combien de pauvres mecs lobotomisés se sont engagés pour devenir djihadistes. C’est incompréhensible !

Le pays est en alerte. Nous devons être plus vigilants.

Je reste encore un peu sous le choc mais je continue de vivre. Mon mari, mes enfants, ma famille, mes amies et bien d’autres ont besoin de moi.

Nos enfants (les français) ont été très touchés par ces événements. Notre seconde fille est encore très jeune, elle ne sait pas ce qui s’est passé heureusement. Peut-être qu’elle nous a sentis plus tristes ce week-end là et les jours qui ont suivi ; nous étions aussi plus angoissés. Et puis Gérard Collomb, le sénateur maire de Lyon, a annoncé l’annulation de plusieurs manifestations dans la ville dont la fameuse et tant attendue Fête des Lumières. C’est ce que je redoutais : notre ville serait une cible potentielle ?! Au début, cette décision a amplifié ma peur, puis elle m’a finalement rassurée. Temps que l’enquête n’est pas terminée, ni tous les assaillants attrapés il vaut mieux resté prudent.

Mon mari et moi commençons à aller mieux mais en discutant avec d’autres parents nous nous rendons compte que certains enfants sont encore très marqués par les évènements.

Notre aînée va mieux également, nous sommes restés à son écoute et dans la tendresse, pour tenter de la rassurer autant que nous le pouvions. Désormais nous évitons de lui montrer trop d’images des attentats. Et nous essayons de ne pas trop en parler devant elle tant qu’il n’y a pas de grandes avancées dans l’enquête.

Les enfants en ont parlé à l’école avec leurs enseignants des heures entières. Le but était de leur expliqué ce qui s’est passé afin qu’ils comprennent mieux la situation et les mesures de sécurité prises par l’Etat.

Chaque enfant a pu s’exprimer, écrire un mot, faire un dessin. Dans les familles, comme chez nous certains enfants ont allumé une bougie aussi. D’autres sont allés sur les scènes de crimes ou des lieux de rassemblement pour se recueillir et rendre hommage aux victimes.

Comme nous, les enfants ont besoin d’être rassurés donc il est important de leur montrer toute la solidarité des Français entre eux dans l’épreuve. A commencer par nous parents et notre entourage. Sommes nous aussi solidaires que nous le pourrions avec nos voisins, nos collègues, ces inconnus que nous croisons dans la rue, au supermarché ou dans une file d’attente interminable ?

 

J’ai sélectionné quelques sites Internet qui pourront vous aider à trouver les mots pour discuter des attentats avec vos enfants.

http://www.bubblemag.fr/expliquer-les-attentats-aux-enfants-avec-astrapi/

http://www.teteamodeler.com/scolarite/psycologie/terrorisme1.asp

http://www.bayard-jeunesse.com/Archives-des-actualites/Attentats-de-Paris-comment-repondre-aux-questions-des-enfants

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s